Mot de la directrice artistique

Changer le monde

Beau grand projet ambitieux que celui de changer le monde

Mission impossible? À quoi bon? Trop utopique?

Très jeune, je me suis dit que j’essaierais quand même. Je voyais mes parents travailler en enseignement et dans le secteur de la santé; je les voyais, jour après jour, le cœur gonflé à bloc et l’esprit incandescent. Et ils y arrivaient. Ils faisaient une énorme différence. Je les trouvais beaux, socialement engagés, nobles et fiers. Toute leur vie était guidée vers cet idéal.

Abdiquer n’a donc jamais été une option, il fallait rester droits. Se battre pour rester libres, ouverts, vrais, éveillés, dignes, se tenir debout.

Un peu plus tard, le théâtre s’est révélé comme une loupe absolument fascinante où je pouvais passionnément observer et comprendre le monde. Cette loupe pouvait embraser: enflammer les cœurs, les esprits et parfois même, des vies entières.

C’est donc par nécessité et par désir que s’est tissé le fil rouge de cette saison : celui de la résistance. Résister par la beauté, la réflexion, la soif de justice et de vérité ; parler haut et fort de ce qui ne va pas et proposer des solutions. Nous avons besoin de le faire, plus que jamais.

Pour ses personnages auxquels vous êtes passionnément attachés et pour le besoin de vérité qui demeure au cœur de cette œuvre de notre patriarche Michel Tremblay, nous ouvrons notre saison avec Le vrai monde?, un classique de notre dramaturgie.

À l’inspecteur scolaire qui demande : « Jeune fille, pourquoi aimez-vous Shakespeare? », la toute jeune Gabrielle Roy répond: « Parce qu’il connaît tout de l’âme humaine. » Dans La Détresse et l’Enchantement, Gabrielle Roy nous prouve qu’elle est, en quelque sorte, notre Shakespeare, car elle décrit avec une précision foudroyante et une grande finesse les vents et marées qu’elle a traversés dans son existence.

Avec sa lucidité impitoyable et son humour baveux, Fabien Cloutier dresse un portrait du Québec actuel intéressant, divertissant et peu reluisant. On se glisse avec un plaisir de voyeur dans ce souper de famille. Un texte intelligent qui interroge nos systèmes de valeurs. Rires jaunes garantis.

Quelle place laissons-nous à notre jeunesse? Dans quel Québec nous sommes-nous réveillés après le printemps érable? Nous vous proposons une version pleine de fougue de la célèbre Antigone. Trois jeunes femmes auteures métamorphoseront cette figure mythique de la résistance en la transposant aujourd’hui.

Enfin, si vous désirez faire le plein de beauté, Je me soulève rechargera vos batteries pour l’année en vous donnant tout ce qu’il faut de courage, de feu, d’envie de tout réinventer. Une fête de la parole incomparable qui créera une élévation perceptible de l’âme. Une expérience à vivre.

Je tiens à vous réitérer notre engagement à vous offrir des contenus forts, portés par des créateurs inspirés. Je vous redis tout le bonheur de vous savoir là et vous souhaite une excellente saison au Trident.

Signature directrice@2x 59db7fbfd6d901a1105668e713f29178af9db3856819a76df4277b2c1db0c8e0

Anne-Marie Olivier
Directrice artistique et codirectrice générale

Saison 2018•2019 du Trident

Information supplémentaire


À l'affiche

Partager la page