LES PLOUFFE

Informations importantes

D’après l’œuvre de Roger Lemelin, adaptation théâtrale d’Isabelle Hubert.
Avec emprunts à l’œuvre cinématographique de Roger Lemelin et Gilles Carle. Avec l’aimable autorisation de leurs héritiers.

Mise en scène de Maryse Lapierre
Coproduction avec le Théâtre Denise-Pelletier

Une présentation

Synopsis

«Y’a pas de place, nulle part, pour les Ovide Plouffe du monde entier!»

Nous sommes en 1938, en plein quartier St-Sauveur; Ovide Plouffe travaille dans une manufacture, mais ne s’en satisfait pas. Il rêve de s’élever au-dessus de tout ça. Il rêve aussi d’un rendez-vous avec la belle Rita Toulouse. Son frère Guillaume, lui, aspire à devenir joueur de baseball professionnel aux États-Unis. Tous les membres de la famille Plouffe se débattent avec le clergé, la misère et les revers du destin dans une société qui traverse de grandes mutations. La famille sera marquée notamment par la Grande Dépression, la Deuxième Guerre mondiale, mais aussi, par les petites et les grandes trahisons.

Le choix d’Anne-Marie Olivier

Je suis persuadée qu’il faut savoir d’où l’on vient pour savoir où l’on va. Lemelin, dans cette oeuvre phare, a saisi le coeur des Québécois, leurs souffrances et leurs aspirations. Ses personnages, devenus iconiques, ont marqué plusieurs générations. Il fallait renouer avec ses héros et leurs destins qui nous plongent dans le Québec des années trente et quarante. Un grand classique de la littérature québécoise porté à la scène par Maryse Lapierre, appuyée par Isabelle Hubert, deux grandes créatrices de Québec qui saisissent toute l’humanité de l’œuvre de Lemelin.


Distribution

Gilles Renaud
Crédit photo: Maxime Côté
Jacques Girard
Crédit photo: Kelly Jacob
Renaud Lacelle-Bourdon
Crédit photo: Andréanne Gauthier
Maxime Beauregard-Martin
Crédit photo: Hugo Lefort
Sarah Villeneuve-Desjardins
Crédit photo: Stéphane Bourgeois
Jean-Michel Girouard
Crédit photo: Nicolas Tondreau
Alice Moreault
Crédit photo: Eva-Maude TC
Frédérique Bradet
Crédit photo: Satya Jack
Nicola-Frank Vachon
Crédit photo: Nicola-Frank Vachon
Alex Godbout
Crédit photo: Maxime Côté
Mary-Lee Picknell
Crédit photo: Hélène Bouffard
Robin-Joël Cool
Crédit photo: Marjorie Guindon
Alexis Déziel
Crédit photo: Camille Tellier
Marie-Ginette Guay
Crédit photo: Vincent Champoux

Conception

  • Gabrielle Arseneault : Assistance à la mise en scène
  • Marie-Renée Bourget Harvey : Scénographie
  • Vivane Audet, Robin-Joël Cool et Alexis Martin : Musique et environnement sonore
  • Sébastien Dionne : Costumes
  • Marjorie Hardy : Maquillage

Texte

Roger Lemelin

Roger Lemelin est né à Québec dans le quartier ouvrier de Saint-Sauveur. À la suite d’un accident de ski qui le maintient au lit pendant plusieurs mois, il écrit, à 25 ans, son premier roman, Au pied de la Pente douce. De 1944 à 1952, il est correspondant canadien pour les magazines américains Time et Life. Une bourse de la Fondation Guggenheim lui permet de rédiger son second livre, Les Plouffe, qui paraîtra en 1948. Au cours des années 50, les personnages de ce roman font l’objet d’une série qui devient un des premiers grands succès de la télévision québécoise. Dans son œuvre, cet auteur aborde des thèmes comme le clergé, la famille, l’ignorance, le nationalisme et les tabous sexuels. De 1972 à 1981 il est président et éditeur du journal La Presse, une position qui lui donne une tribune de choix pour défendre ses convictions. Il quitte La Presse au début des années 80, puis renoue avec la fiction, en préparant avec Gilles Carle le scénario du film Les Plouffe et celui qui fut tiré du Crime d’Ovide Plouffe avec Denys Arcand et Gilles Carle. En 1990, il reçoit la Légion d’honneur en France.


Isabelle Hubert

Depuis sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada, en 1996, Isabelle Hubert a vu une dizaine de ses textes créés sur les scènes de et du Québec. Parmi eux, mentionnons Couteau, sept façons originales de tuer quelqu’un avec…Boudin, révolte et camembertÀ tu et à toi ( production finaliste pour le Prix de la critique de Québec 2007-08 ), La robe de Gulnara ( Prix de la critique de Québec 2009-10 ), Laurier Station1001 répliques pour dire je t’aime ( Prix Coup de Coeur Télé-Québec, FAIT 2012 ), Frontières et Le cas Joé Ferguson. Auteure polyvalente, elle aussi adapté des romans pour la scène (Agaguk d’Yves Thériault et Moby Dick d’Herman Melville), écrit des comédies d’été qui connaissent beaucoup de succès, prêté sa plume à des projets muséologiques et participé à titre de scénariste à quelques projets de cinéma et de télévision. Elle a réalisé plusieurs résidences d’écriture, entre autres, à Londres, à Villeneuve-lès-Avignon et en Guadeloupe. Depuis 2005, elle enseigne l’écriture dramatique à l’Université Laval.


Mise en scène

Maryse Lapierre

Comédienne de formation, Maryse Lapierre est diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec. Depuis sa sortie, elle a pris part à une trentaine de productions. Elle a, entre autres, fait partie de la distribution de Faire l’amour présenté au Théâtre Périscope et de celle de Jocaste reine présentée au Théâtre du Nouveau Monde et au Théâtre de la Bordée. Au Trident, on a pu la voir dans Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-AngesCyrano de Bergerac et Venir au monde. Artiste polyvalente, elle participe à de nombreux projets de création dont le Show d’vaches au Bitch Club ParadiseCHSMonolakeVertiges et Les contes à passer le temps. En novembre 2013, au Théâtre Premier Acte, elle a mis en scène son premier texte dramaturgique, L’hiver dedans, gagnant de la bourse Première œuvre et sélectionné dans la catégorie du meilleur spectacle de la relève par Première Ovation. Récemment, elle a signé les mises en scènes des pièces Mme G. de Maxime Beauregard-Martin au Théâtre de la Bordée ainsi que de Hypo de Nicola-Frank Vachon et Extras et ordinaires de Duncan Macmillan présentées à Premier Acte.


Également à l'affiche durant la saison