Sur la photo: Samuel La Rochelle

N’essuie jamais de larmes sans gants

Informations importantes

Roman de Jonas Gardell

Traduction de Jean-Baptiste Coursaud et Lena Grumbach

Adaptation pour la scène de Véronique Côté

Mise en scène d’Alexandre Fecteau

En coproduction avec le Collectif Nous sommes ici


Synopsis

Rasmus fuit son village et l’étouffant nid familial pour se jeter à corps perdu dans sa nouvelle vie à Stockholm, où brille l’espoir d’être enfin lui-même. Benjamin, lui, est déchiré entre le chemin tracé d’avance par son appartenance aux Témoins de Jéhovah et son simple désir d’aimer quelqu’un qui l’aimera en retour. C’est Paul, mère poule pour les gais égarés, qui les réunit par hasard une nuit de Noël. Ils repartent main dans la main sans savoir que leurs pas de deux enfiévrés les mèneront au bord de l’abîme. Que l’un d’eux tombera sous la lame d’une faucheuse que personne ne connaît encore: le sida.

Alexandre Fecteau, qui avait notamment signé la mise en scène d’Amadeus au Trident, s’attaque ici à un chef d’œuvre de la littérature mondiale avec l’audace et l’engagement qu’on lui connaît.

N'essuie jamais de larmes sans gants

Écouter l'extrait

Distribution

Olivier Arteau
Crédit photo: Sarah Rouleau
Maxime Beauregard-Martin
Crédit photo: Hugo Lefort
Maxime Robin
Crédit photo: Daniel Richard
Frédérique Bradet
Crédit photo: Satya Jack
Gabriel Cloutier Tremblay
Crédit photo: Eva-Maude TC
Hugues Frenette
Crédit photo: Julie Artacho
Érika Gagnon
Crédit photo: Vincent Champoux
Jonathan Gagnon
Crédit photo: Kevin Millet
Israël Gamache
Crédit photo: André Kedl
Samuel La Rochelle
Crédit photo: Éva-Maude TC
Réjean Vallée
Crédit photo: Sophie Grenier

Conception

  • Elizabeth Cordeau Rancourt : Assistance à la mise en scène
  • Ariane Sauvé : Scénographie
  • Émily Walhman : Conception des costumes
  • Caroline Ross : Éclairage

Texte

Véronique Côté

Véronique Côté est comédienne, autrice et metteure en scène. Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2002, elle a joué dans près d’une trentaine de productions théâtrales. On a également pu voir son talent dans Attentat et La fête sauvage, deux créations auxquelles elle a collaboré comme co-auteure et comme metteure en scène. À titre de metteure en scène, elle a dirigé également les pièces Faire l’amourScalpée et Venir au monde d’Anne-Marie Olivier. Ses pièces pour enfants FlotsTout ce qui brille voit et Les choses berçantes, dont elle signe également les mises en scène, ont eu un magnifique rayonnement au Québec et en France. Comme autrice, elle co-écrit, avec Steve Gagnon, le recueil Chaque automne j’ai envie de mourir, publié dans la collection Hamac. Elle publie sa pièce Tout ce qui tombe – finaliste aux Prix du Gouverneur général en 2013 – aux Éditions Leméac, et chez Nouveau Projet (Atelier 10), elle publie La vie habitable, les collectifs S’appartenir(e) et La fête sauvage, ainsi que les articles Îles (trois) et La consigne lumineuse. Le projet politique Ne renonçons à rien, édité chez Lux, bénéficie également de sa plume. Avec la pièce Je me soulève, collectif qu’elle codirige avec Gabrielle Côté, elle prouve une fois encore que sa vision et son talent indéniable font d’elle une voix nécessaire pour alimenter la poésie dans la communauté. Véronique signe également des chroniques dans le Devoir ainsi qu’à la radio, sur la chaîne ICI Première.


Mise en scène

Alexandre Fecteau

Alexandre Fecteau est à la fois un metteur en scène et un auteur récipiendaire du prestigieux Prix John-Hirsch 2013 attribué à un jeune metteur en scène dont le travail préfigure des accomplissements majeurs sur le plan de l’excellence et de la vision artistique. En 2019, le Crow’s Theatre de Toronto lui remet le prix RBC Rising Star Emerging Director qui récompense le travail exceptionnel d’un jeune metteur en scène. Avec le collectif Nous sommes ici, dont il assure la direction artistique et générale depuis sa fondation, il a créé L’étapeChanging RoomLa date puis Le NoShow, présenté plus de 100 fois au Québec, en France et en Suisse, et qui lui a valu les Prix Œuvre de l’année Capitale-Nationale en 2015 et Rayonnement international en 2018. En 2018, il a présenté avec le collectif, sa cinquième création: Hôtel-Dieu, un triptyque documentaire sur la souffrance, le deuil et les rituels. Au Théâtre du Trident, il a signé la mise en scène de Rhinocéros de Ionesco et Amadeus de Peter Shaffer (Prix de la meilleure mise en scène et Meilleure spectacle Québec aux Prix de la Critique de l’AQCT).  Au Théâtre de la Bordée, c’est à lui qu’on a demandé d’actualiser la pièce mythique Les fées ont soif de Denise Boucher, qui n’avait jamais été remontée depuis sa création en 1978 (Meilleur spectacle Québec aux Prix de la critique de l’AQCT), puis À toi pour toujours, ta Marilou de Michel Tremblay en 2017.  Abonné à la création in situ, il a participé à deux éditions du spectacle déambulatoire Où tu vas quand tu dors en marchant?…  avant d’être nommé à la coordination artistique de l’événement.


Également à l'affiche durant la saison